Menu

Biographie de Mayra

mayra homeMayra Alejandra Alcívar Vega

Date de Naissance : 01/10/1994, Portoviejo (Equateur)
Date d’entrée chez les soeurs servantes : 01/01/2015
Date de mort : 16/04/2016, Playa Prieta (Equateur)

Mayra Alejandra Alcívar Vega est née le 1er Octobre 1994 à Chone (Manabí, Equateur). Ses parents sont Quirino et Aracely. Sa soeur Wendy a 16 ans.

Elle habitait dans un quartier de Chone appelé “El Vergel”, où elle a rencontré une de ses voisine qui est devenue sa meilleure amie et compagne inséparable : Jazmina Castro. Elles ont joué ensemble étant enfant, elles  ont grandi ensemble, et elles ont rencontré le Seigneur ensemble lorsqu’elles sont entrées en contact avec le Foyer de la Mère. Plus tard elles ont découvert ensemble leur vocation de soeur servante du Foyer de la Mère, bien que la première à répondre fût Mayra. Et elles sont décédées ensemble dans le tremblement de terre du 16 Avril 2016, sous les décombre de notre école “Centre éducatif de la sainte famille.”

Mayra était une jolie fille. Quand elle était plus jeune, elle a même participé au concour de beauté de son école. Elle avait beaucoup de dons naturels. Sa petite soeur, Wendy, dit “Elle voulait toujours danser toutes les danses.” Mayra aimait danser et elle le faisait très bien. Elle avait beaucoup de grâce lorsqu’elle dansait les danses traditionnelles de Manabí, qui se font avec de très longues jupes volantes. Les soeurs de la communauté de Chone se rappellent cela “Après sa conversion, elle utilisait ce dont pour évangéliser avec les autres filles. Elle préparait des danses aux camps d’été et d’autres activités utilisant des chants catholiques pour faire de belles, saintes danses, et les filles étaient heureuses de la suivre.” Sa soeur continue “Une autre chose qu’elle aimait faire était de jouer au Soccer, et elle était très douée. Elle jouait avec acharnement. C’était toujours une combattante, et elle prenait son inspiration sur le terrain. Elle était avant et marquait beaucoup. Elle n’aimait pas perdre.” Elle était également une étudiante excellente, ce qu’elle a prouvé d’abord à l’école de Río Chone, puis au lycée UNE, et plus tard à l’université.

Son amie Gema Vergara la décrit comme “une fille ayant beaucoup d’audace et de courage, et d’autant plus lorsqu’elle est entrée comme candidate. Beaucoup plus même.” C’est vrai; lorsque Dieu entre dans la vie de quelqu’un, Il met en avant les meilleurs aspects de son caractère, perfectionnant et réaffirmant sa nature de façon à créer une meilleure version d’elle-même.

Jazmina y Mayra con otros jóvenes haciendo su compromiso en el HMJ

Mayra et Jazmina (à sa droite) faisant leurs engagements dans HMY.

Elle est arrivée à l’une des réunion de la Jeunesse du Foyer de la Mère avec son inséparable amie, Jazmina, autour de Noël 2009.Dans le témoignage qu’elle a écrit pour le Magazine HM en 2013, elle explique, “Je suis entrée dans le Foyer parce que je me suis sentie appelée à cela. Le Seigneur m’a donné cette belle vocation, et Notre Dame m’a choisie pour faire partie de son don. Bien que je dois admettre que ce qui m’attirais le plus au début était le jeu que nous faisions après les réunions. Dieu peut tout utiliser.”

Soeur Ruth Ibáñez écrit sur Mayra au début de leur relation avec le Foyer, disant, “Je me rappelle qu’elle souriait tout le temps, silencieusement. Je me rappelle qu’elle était très gentille . Nous parlions souvent entre soeurs du fait qu’elle était vraiment d’une nature très bonne.” Soeur Gema Díaz ajoute, “J’ai rencontré Mayra lorsqu’elle avait 14 ans. J’ai toujours eu l’impression qu’elle était très sincère et droite lorsqu’elle prenait des décisions dans sa vie.

Mayra était très courageuse lorsqu’elle témoignait du Seigneur et défendait sa foi, comme l’était son amie Jazmina. Elle ne se préocupait pas de ce que les gens pouvaient dire; dès qu’elle a su qu’elle devait faire quelque chose parce que Dieu le voulait, elle n’a pas perdu de temps à l'exécuter. 

Mayra avait un très grand attachement pour les soeurs et comme elle avait une très forte personnalité, elle les défendait avec toutes ses forces lorsque c’était nécessaire. Aura Cristina confirme cela “Elle devenait très en colère lorsque quelqu’un disait quelque chose contre sa foi ou contre les soeurs.” Soeur Kelly Maria Pezo se souvient de quelques histoires qui reflètent son caractère déterminé: “L’atmosphère parmis les jeunes de Chone n’est pas très bonne. En fait, juste en marchant dans la rue les filles peuvent recevoir une invitation de la part d’un garçon proposant de faire des choses malhonnêtes, même si ils ne se connaissent pas. C’est arrivé à Mayra un jour, un peu moins d’un an avant qu’elle entre comme aspirante. Elle savait déjà qu’elle avait la vocation. Un garçon l’avait regardé et avait dit “Tu veux venir faire un tour avec moi ? “ C’est une façon d’inviter les filles à faire de mauvaises choses. Mais Mayra, avec le feu qui brûlait en elle et avec cette audace caractéristique de ceux qui ne peuvent supporter ce genre de commentaire avait répondu :” Tu peux prendre ton chien pour aller te promener. J’ai déjà un propriétaire.” Nous savons que ce propriétaire auquel elle faisait référence était Jésus, son Bon Pasteur.” Mayra aimait beaucoup une image sainte qui représentait Jésus comme le Bon Pasteur. Soeur Kelly Maria ajoute : ”J’étais impressionnée lorsqu’on a su qu’elles étaient décédées, car c’était le dimanche du Bon Pasteur.” 

Une autre fois, Jazmina et Mayra allaient à la maison des soeurs pour prier le chapelet. Des garçons les avaient arrêtées et menacées avec des couteaux pour essayer de leur prendre leurs téléphones. Mayra n’avait pas peur, mais au contraire se dressa contre eux. Jazmina était terrifiée et ne pouvait que penser qu’elle n’était pas encore prête à mourir. A la fin, ils ont pris le téléphone de Jazmina mais n’ont pu avoir celui de Mayra. “Elles ont appelé la police qui est arrivée sur le champ. Mayra disait qu’elle aurait voulu monter dans la voiture de la police pour retrouver les voleurs car elle pouvait les reconnaître. Jazmina n’en croyait pas ses yeux et a dit “Ils vont nous tuer un de ces jours parce que cette fille n’a peur de rien.”

Aura Cristina continue de dire “Elle était très enthousiaste. Elle passait beaucoup de temps à la maison des soeurs, aidant du mieux qu’elle pouvait. Soeur Gema Díaz affirme, “Elle voulait toujours faire ce qui lui était demandé, spécialement quand elle venait chez les Soeurs. Sa joie se diffusait sur tout le monde autour d’elle. Gema Vergara, qui était dans la même école que Jazmina et Maria Augusta, se souvient, “Elles étaient joyeuses et amusantes. Avec les années, elles devenaient de plus en plus ferventes, elles étaient de plus en plus dévouées bien qu’elles avaient peur de ce que Dieu demandait à chacune d’elles.

Mayra junto a una imágen de nuestra Madre

Mayra en pèlerinage à la Rosa Mystica Shrin

En Novembre 2012, le Foyer de la Mère a organisé un pèlerinage au Sanctuaire de la Rosa Mystica à Olón (Equateur). Ce pèlerinage a été un moment de grâce spécial pour Mayra, car elle y reçut la lumière pour comprendre quel était le projet de Dieu pour sa vie. Son amie, Maria Cristina Pinargote se souvient, “Mayra aimait se rappeler le moment ou elle avait découvert sa vocation comme soeur servante. C’était au sanctuaire de la Rosa Mystica à Olón - Sainte Hélène. Elle abordait toujours un grand sourire lorsqu’elle en parlait. Elle aimait beaucoup cet endroit.”

En 2013, elle a commencé à étudier l’ingénierie et le marketing à l’université ULEAM à Chone. Son amie Jazmina était aussi dans l’ingénierie des systèmes. Mayra témoignait de la façon dont Jazmina s'écartait dangereusement du Seigneur à cause d’un mauvais groupe d’amis. Il aurait semblé normal à Mayra de suivre le même chemin, comme elles étaient très proches, mais Mayra a tenu bon et est restée fidèle au Seigneur. Et ce bien qu’elle eût à en souffrir car elle se retrouva vite seule. Elle était capable de justifier ce qu’elle avait écrit des mois plus tôt, “Le Foyer m’a aidé à surmonter ma faiblesse, à avoir la force de lutter contre elle, de reconnaître ma propre misère et de faire l’effort d’être fidèle jour après jour; en bref, de vivre une vie guidée par notre Seigneur et notre Dame.” Malgré la forte amitiée qui la liait à Jazmina, Mayra a su prouver qu’elle avait sa propre personnalité. Elle était capable de prendre elle même ses décisions, et de suivre les pas du Seigneur sans que cela ne dépende de qui que ce soit.

Grâce à son expérience à l’université, elle était capable d’aider les autres jeunes filles qui faisaient partie du Foyer de la Mère. Maria Cristina Pinargote nous dit, “Elles nous encourageait toujours à être bonnes. Elle nous disait que quand il serait temps pour nous d’aller à l’université, nous aurions à rester fortes car nous y trouverons un mauvais environnement. Elle nous encourageait à être forte et à ne pas tomber dans ces mauvaises situations. Elle nous disait cela avec tristesse mais elle nous a dit que c’était parce qu’elle nous aimait. Elle a aussi essayé d’aider sa petite soeur. Wendy se souvient, “Elle me réprimendait tout le temps parce que je n’allais pas aux réunions  du Dimanche. Elle me répétait que je ne devais pas cesser d’y aller sans quoi j’allais me  perdre. Elle insistait toujours sur le fait que je devais me battre, ne jamais cesser de me battre, car sinon le diable me vaincrait. Son amour pour Dieu et pour les âmes est apparu grâce à un incident au camp de la même année; “Un après-midi, nous avions nos réunions de groupes. Je me rappelle que Mayra disait qu’elle ne pouvais pas comprendre comment tant de gens pouvait oublier le seigneur et dire qu’ils étaient heureux… Elle a commencé à pleurer et a dit “Il souffre tellement...Il a donné sa vie pour chacun d’entre nous et nous l’oublions sans même nous en rendre compte.” Que l’on puisse oublier celui qui nous a créé l'affectait vraiment.

Elle était à l’aise avec les jeunes et était une bonne éducatrice. Une petite fille nous dit, “Mayra était ma chef de camp cette année et elle m’a appris beaucoup de choses. Elle nous disait toujours que l’on pouvait faire mieux. Même si on disait qu’on avait tout donné, elle savait qu’on pouvait faire mieux, beaucoup plus. “Une autre de ses filles, Melina Flores de Valgas ajoute, “Mayra était ma chef de camp cette année, et je bénis le Seigneur parce qu’elle m’a beaucoup aidé à vivre ce camp de la meilleure manière qui soit. Je confesse que je ne l’avais pas fait très bien l’année d’avant. Son amour et son dévouement pour chacune était vraiment impressionnant. Carolina Aveiga écrit: “Rencontrer Mayra était crucial pour moi. C’est elle qui m’a accueillie et m’a encouragée quand j’ai commencé à revenir vers le Seigneur. Je me rappelle toujours comment elle me re-donnait courage quand je ne pouvais plus continuer. Si jamais je ne venais plus à la maison des soeurs, elle et Jazmina m’auraient appelé et demandé pourquoi je ne venais pas et elles m’auraient parlé pour que je revienne. Quand elle voulait me dire quelque chose, elle n’avait qu’à me regarder et je savais ce qu’elle voulait dire. Un jour elle m’a dit “N’abandonne pas ta vie de prière, parce que c’est ce qui te donne la force d’avancer. Tu est appelée à faire de grandes choses. Tu dois rester forte et faire beaucoup d’apostolat. Aller, je veux te voir bien faire!

Jazmina y Mayra

Mayra et Jazmina

Le jour de leur confirmation a été un jour très spécial pour elle. Elle a reçu la Confirmation avec trois autres filles du Foyer de la Mère. Les soeurs ont préparé les filles qui allaient recevoir le sacrement, tout comme leurs marraines, qui étaient aussi des filles du Foyer. Chaque fille et sa marraine avait fait une retraite. Mayra a perçu sa retraite comme fondamentale pour être bien préparée à sa cérémonie de confirmation et pleinement consciente de ce qui se passait. Ses amis se souviennent, “Pendant la Confirmation, nous l’avons vue fondre en larmes. Quand le prêtre a prononcé son nom pour la consacrer avec le saint Chrême, elle a réalisé dans ce moment qu’elle avait reçu la force de vivre tout ce qui lui serait demandé: défendre sa foi, se donner entièrement à Dieu… et tout cela avec une grande joie!”

Elle a lutté énormément les semaines qui ont précédé son entrée comme Soeur Servante du Foyer de la Mère. En plus des tentations normales auxquelles on s’attend, elle s’est retrouvée avec la possibilité de commencer une relation avec un garçon. Les soeurs avaient organisé une mission expedition au Puyo, pour évangéliser les communautés indigènes des Shuar. Mayra a beaucoup aimé aller au Puyo. Quand elle est revenue de son premier voyage là bas, elle n’arrêtait pas de répéter que le fait que Dieu l’ai choisie comme instrument pour apporter sons amour aux communautés Shuar a été une énorme grâce pour elle.

Mais à ce moment là le voyage tombait sur son anniversaire, et il était difficile pour elle de passer ces jours là loin de sa famille et loin de Chone. Elle a finalement pris la décision d’aller au Puyo, et elle a avoué que ça avait été le meilleur anniversaire de sa vie, plein d’une vraie joie. Soeur Kelly Maria nous dit “ Quand elle est rentrée, Dieu a triomphé en elle,  et elle est très vite entrée comme aspirante. Elle a fait ces étapes avec une admirable générosité. “ Tout le monde qui la connaissait était impressionné de la joie qu’affichait Mayra le jour de son entrée. Elle sautait littéralement de joie! Même Jazmina, qui la connaissait très bien était impressionnée et a remarqué : “Je n’ai jamais vu Mayra si contente!” Gema Vergara confirme, “Le jour où Mayra est entrée comme aspirante, personne ne pouvait pouvait enlever la joie qui émanait d’elle. Elle était totalement transformée. Elle persévérait en tout ce que le Seigneur lui demandait, et avait une foi très forte. On pouvait dire qu’elle était tombée amoureuse de notre Seigneur et de notre Dame.”

Mayra est entrée comme aspirante le 19 Octobre 2014, à la chapelle des Soeur servantes de Chone. Depuis ce jour là, elle avait une forte conviction qu’elle devait tout abandonner à Dieu, sans rien garder. Peu de temps plus tard, le premier Janvier 2015, elle est entrée comme postulante. Sa joie transparaissait aussi beaucoup de jour là. Après être entrée comme postulante, elle est venue vivre dans la résidence étudiante du Foyer de la Mère à Portoviejo, où elle a intégré l’institut supérieur d’éducation religieuse et des valeurs de Saint Pierre, études sociales.

Pendant la semaine sainte en 2015, son amie Gema Vergara lui a demandé si elle était heureuse, bien qu’il était visible qu’elle l’était, et beaucoup. Mayra a confessé “Je suis tellement heureuse, parce que maintenant je suis certaine que j’ai fait la volonté de Dieu. J’ai laissé mes peurs derrière moi et pris la meilleur part. Tu n’a pas idée de ce que je donnerais pour que le temps passe plus vite, que je fasse mes voeux définitifs et que je meure comme soeur servante, donnant ma vie pour lui.” Et elle a ajouté ensuite, “ Aller Gema! Dieu t’aime et attend ta réponse. Je regrette d’avoir perdu tant de temps, refusant de donner ma vie à Dieu. Mais je suis heureuse, parce que nous pouvons offrir beaucoup dans les petites choses de tous les jours, à lui qui souffre tant pour toi et moi.”

Jazmina, Mayra y María Augusta

Mayra a vécu son désir de se donner au Seigneur avec un grand esprit de charité et de sacrifice, ce qui n’est pas passé inaperçu aux yeux de ceux qui la connaissait bien. Aura Cristina la décrit en disant, “J’ai vécu avec elle pendant un temps à la résidence étudiante, et elle a toujours traité les autres filles avec beaucoup de charité. Elle nous a aidé avec les corvées, elle n’a jamais mangé quelque chose sans le proposer aux autres d’abord. Elle avait un esprit de sacrifice. Je me rappelle un carême ou elle a décidé de dormir sur le sol pour accompagner Jésus dans ses souffrances.”

Et Gema ajoute “ Elle souriait tout le temps, même quand quelque chose était difficile pour elle. J’ai remarqué qu’elle faisait toujours de petites choses, petits sacrifices, avec un vrai amour du Seigneur. Elle faisait tout pour Dieu et notre Dame.  Elle m’a vraiment inspirée pour essayer d’être sainte, d’aimer sans attendre rien en retour, et de vraiment me soumettre au plan de Dieu. “

Sa dévotion et son esprit de sacrifice a aussi été remarqué à Puyo. Soeur Gema Díaz se souvient une occasion dans laquelle elle était dans l’équipe, toujours avec Mayra, elle a atteint Yampís, le village le plus loin de toute civilisation. Elles ont dû marcher à travers la jungle à la bonne vitesse pour arriver plus de huit jours plus tard. “C’est un chemin difficile, dans lequel on ne pouvait pas s’arrêter longtemps pour se reposer ou profiter du paysage. La jungle était dangereuse, et encore plus à la nuit tombée. C’est pourquoi nous devions marcher presque non-stop.” Durant la dernière étape du voyage, Elles avaient à traverser un authentique marais, ce qui rendait la progression difficile pour les missionnaires. “Il y a eu un point, presque à la fin du voyage, ou je ne pouvais plus physiquement avancer. Mes jambes ne me portaient plus, et ça devenait de plus en plus difficile d’avancer à chaque pas. 

Dans cette dernière partie du voyage, nous devions marcher à travers un lac bourbeux. Nos bottes plongeaient dans la boue, et nous devions faire de gros efforts pour les en tirer et continuer à marcher. Chaque pas était un combat. Nous nous tenions aux branches des bas-côtés, pour nous sortir de cette situation. Mayra était toujours capable d’avancer comme si c’étais la chose la plus simple du monde, alors que j’étais figée parce que la boue absorbais mes bottes et que je ne pouvais pas les en sortir.Dès qu’elle s’est apperçu de ma situation, elle s’est empressé de me donner son bras pour que je m’accroche dessus, pour me supporter et m’aider à sortir du trou. Et elle a dit avec un sourire “Je serais ta branche ma soeur”. Je pense que si j’ai réussi à faire l’aller retour, c’était grâce à cette branche qui sans arrêt m’offrait son aide jusqu’à ce qu’on atteigne notre destination.

Il semble que Mayra ait eu cette disposition d’aider les autres parce qu’elle avait beaucoup de force physique. Mais Soeur Gema nous dévoile un détail qui confirme l’esprit de sacrifice de Mayra et son habilité à oublier ses propres besoins pour se donner aux autres. “pendant le trajet, je lui demandais de temps en temps comment elle faisait. Elle me répondait toujours, “je vais très bien”. Même à la fin de la journée elle continuait à dire “Je vais très bien” jusqu’au moment où elle a ajouté “Mais ma botte me serre un peu le gros orteil”. Quand nous sommes arrivés et que nous avons pu finalement enlever nos bottes, elle m’a montré son doigt et son ongle de pied qui étaient tout violets. “Ca fait un peu mal”. Quelques jours plus tard, quand elle était déjà de retour chez elle, elle m’a dit “Ma soeur, mon ongle de pied est tombé” Cet ongle devait vraiment lui avoir fait mal, mais quand nous étions dans la communauté Shuar elle a caché sa douleur, au point qu’il ne semblait pas y avoir de problème du tout. “ Les soeurs se souviennent d’elle jouant au soccer avec les enfants, et offrant son aide chaque fois que c’était nécessaire.

Mayra était amoureuse du Seigneur et de sa vocation comme Soeur Servante du Foyer de la Mère. Melina Flores de Valgas confirme, “Mayra était amoureuse de sa vocation. Je me demandais toujours pourquoi les Soeurs et les candidates étaient toujours si heureuses, et j’ai découvert la réponse pendant les jours que j’ai passé avec Mayra au camp d’été. Elles sont heureuses parce qu’elles ont Dieu dans leur vie. Chaque fois que je voyais Mayra, je ne pouvais m’empêcher de penser “Comme elle est courageuse”. Je n’oublierais jamais le jour où elle m’a dit “Si tu t’abandonnes et ouvre ton coeur, et intègre le Seigneur à ta vie, tu seras toujours heureuse.” Mayra pouvait le dire parce qu’elle l’avait expérimenté.

Choose language

Réseaux sociaux

Ecrivez nous !

Si vous avez reçu une faveur par l’intercession de Sœur Clare, merci de nous écrire en nous envoyant un mail à : hermanaclare@hogardelamadre.org

S'il vous plaît, n'oubliez pas de nous dire d’où vous nous écrivez, celui qui est concerné par le faveur que vous nous racontez et comment vous avez connue Sœur Clare.

Les cookies nous permettent de gérer les services proposés par notre site. En utilisant notre site, vous en acceptez, de fait, l'utilisation.
Ok